J’ai eu recemment l’occasion, lors de la venue de visiteurs juifs venus du Maroc et d’Israel de faire visiter la synagogue Ohel Moshe dans le quartier de Hongkou.

IMG_2708

La synagogue Ohel Moshe

Cette synagogue a été construite en 1927 par la communauté juive russe, très présente dans le quartier et n’est que retournée à sa fonction religieuse qu’en 2007. Elle a en effet successivement servi d’entrepot dans la période qui a suivi la création de la “Nouvelle Chine”.  Hormis son intérêt architectural certain, mélange d’influences asiatiques et européennes, la synagogue Ohel Moshe est surtout le dernier témoin d’un quartier marqué par la forte immigration juive à Shanghai qui suit l’invasion nazie en Europe entre 1937 et 1939. Ce quartier accueillera ainsi jusqu’à 20000 juifs ashkenazes, pour la plupart, du fait du statut de port ouvert de Shanghai, destination pour laquelle aucun passeport n’était requis. Certaines familles bénéficieront à cette époque de l’aide du consul de Chine en Autriche Ho Feng Shan qui octroiera des milliers de permis de voyage pour Shanghai ou encore celle du consul de Lituanie qui délivrera des visas pour le Japon avec passage par Shanghai.

IMG_0225

                       Le Peace Hotel

Origine de la présence juive à Shanghai

L’histoire de Shanghai est étroitement marquée par l’apport de la communauté juive séfarade venue d’Irak puis d’Inde, dont le plus célèbre représentant est le richissime Victor Sassoon, constructeur du fameux Peace Hotel sur le Bund (voir mon article à ce sujet). La famille Sassoon financera aussi la première synagogue de Shanghai, la synagogue Ohe Rachel, aujourd’hui au public. La seconde vague d’immigration juive, moins fortune celle-ci, vient au début du siècle avec les russes qui fuient les pogroms tsaristes. Ceux-ci se lanceront dans des petits commerces et s’installeront pour une large part à Hongkou, secteur alors soumis à des impots réduits.

Mais c’est en 1937 que la population juive de Shanghai passe brusquement d’environ 1500 ressortissants à plus de 18000 sous la pression des nazis en Europe. Se met alors en place un systeme d’entraide grace à la communauté sefarade et russe et l’American Jewish Joint Distribution Committee (JDC), qui s’installe à Hongkou en 1938 pour essayer de trouver logements et emploi aux nombreux arrivants.

IMG_2730 temoignage2

                   Le Joint Distribution Center                                                                        Témoignage

Suite de l'article