English version

Tou-Se-We-TinTin-in-Shanghai

Mon premier contact avec la Chine a eu lieu à l’âge de 10 ans, lorsque mes parents m’ont offert mon premier album de Tintin : Le Lotus Bleu . Il aura pourtant fallu attendre encore 30 ans pour que je découvre le pays de "Tchang", ce jeune Chinois ami de Tintin et 10 ans de plus pour le "rencontrer".

Cette rencontre virtuelle a eu lieu à Qibao, la ville des “sept trésors” qui en contient pourtant un huitième: Le mémorial de Zhang Chongren, le Tchang des Aventures de Tintin

 

Un enfant de Shanghai

IMG_2769

Zhang Chongren est né en 1907 à Qibao et formé à l'Ecole des Arts de l'Orphelinat de Zikawei (aujourd'hui Xujiahui), et montre dès ses débuts un talent exceptionnel. En 1931, il ira faire des études à l’Académie des Beaux Arts de Bruxelles auprès des plus grands sculpteurs de l’époque.

Coincidence, destins croisés? Georges Rémi (le vrai nom d’Hergé) doit faire un album sur la Chine. On lui parle de ce jeune Chinois qui peut le renseigner sur les coutumes et surtout l’actualité de ce pays, assez complexe à l’époque vu la présence des Occidentaux dans les Concessions, des Japonais dans le nord du pays et la coexistence entre République de Chine et seigneurs de la guerre.

 

L’homme qui a changé Tintin 

Tou-Se-We-TinTin-and-Chang

Tchang aura une influence décisive sur le scénario du Lotus Bleu ainsi que le regard porté par son créateur sur le colonialisme . Rapellons que “Le Petit Vingtième” est un journal catholique ultra-conservateur et que les premières bandes dessinées de Tintin ("Tintin au pays des Soviets" et "Tintin au Congo") sont pétries des idées de la droite catholique et colonialiste. Zhang Chongren est le fruit de cette jeunesse chinoise bouillante et intellectuelle des années 30 (voir mon article sur Feng Zikai). Il dressera pour Hergé un tableau des réalités sociales et nationales diamétralement opposé aux idées dominantes en Europe à l’époque, à savoir un pays sous le joug japonais et de la corruption des élites blanches qui protègent le traffic de l’opium. 

De cette relation naîtra un tout nouveau héros, désormais au service des grandes causes et des opprimés. Tchang ira jusqu’à dessiner lui-même les caractères chinois du Lotus Bleu, ponctuant parfois même les cases de slogans nationalistes. C’est ainsi que votre serviteur gardera à l’esprit des images dont il cherchera à vérifier l’exactitude en venant en Chine et à Shanghai (je plaisante mais pas tant que cela). 

 

Un destin unique

zhangchongren3

Rentré en Chine en 1936, Chang se mariera en 1939 à Shanghai et poursuivra une carrière d’artiste plutôt créatif (nus, hommes et femmes du peuple…). 

A la fondation de la République Populaire, Zhang Chongren devra s’adapter aux réalités ambiantes: Il fera entre autres un groupe intitulé la “Révolution Triomphante et un buste du président Mao. La Révolution Culturelle ne le laissera pas indemne puisqu’il devra un moment balayer les rues. Enfin, sous Deng Xiaoping, il devient responsable de l’Académie des Arts de Shanghai. 

En 1981, l’occasion lui est donnée de revenir en Europe où il retrouve son illustre ami Hergé lors d’une rencontre très médiatisée. Mais c’est la dernière partie de la vie de Tchang qui reste la plus étonnante. En effet, il finit sa vie en France à Nogent-sur-Marne où il enseignera et il réalisera même le buste du président Mitterand. 

Cet homme exceptionnel aura donc décidement été un homme de son temps, à l’avant garde de tous les changements qui ont agité la Chine et symbolise à lui seul le lien historique et culturel entre l’Ouest et l’Est!

 

Pour en savoir plus contactez moi didier.pujol@chinaworldexplorers.com