English version

imageParmi les personnages extraordinaires qui ont peuplé le Shanghai des années 30, William Ewart Fairbairn figure en bonne place. En tant que membre de la Police Municipale de Shanghai (SMP) pendant 30 ans, il a pris part à des centaines de combats de rue, dont une grande part au couteau. A la fin de sa carrière, son corps entier était couvert de cicatrices, paumes des deux mains comprises!

Surnommé "Dany Sans-Peur" ou encore le "Traqueur de Shanghai", W.E. Fairbairn est arrivé à Sahnghai en 1907 où il a rejoint la Police. Pendant son service, il est exposé à la crimininalité liée au traffic de l'opium par la Bande Verte, la prostitution dans le quartier chaud de la rue Fuzhou et à l'agitation politique. En 1925, la SMP doit faire face à une émeute, déclanchée par des étudiants communistes, connue sous le nom de "Incident du 30 Mai". Celle-ci se solde malheureusement par des tirs dans la foule, la Police de Shanghai n'étant manifestement pas préparée à ce type de situation. Il est donc décidé de monter une "Unité de Réserve Spéciale" sous le commandement de Fairbairn qui intégrera des techniques modernes et une formation spéciale aux combats de rue.

image

A la tête d'une centaine d'hommes spécialement entrainés, parmi lesquels 14 Occidentaux, 26 Sikhs et 60 Chinois, Fairbairn va faire entrer la Police Municipale de Shanghai dans une nouvelle ère. Ceux-ci pouvaient en effet se précipiter sur les lieux de l'action dans la "Vierge Rouge", un véhicule blindé et armé, peint en rouge carmin et muni de sirène pour effrayer les émeutiers. Les membres de cette unité spéciale pouvaient également parler le dialecte Shanghaien, étaient formés au tir de précision, au combat au couteau et munis de gilets pare-balles, à la manière des unités anti-émeutes actuelles. Fairbairn lui-même était expert en arts martiaux tels que Kung Fu et Judo et avait créé ses propres techniques de combat pour plus d'efficacité. 

image

Cette façon de combattre (cliquez sur l'image ci-contre pour voir la video) fut baptisée par lui, "Combat de caniveau" car la seule règle est de survivre en portant le premier les coups paralysants ou fatals. Fairbairn ira jusqu'à créer son propre type de couteau, que l'on pouvait aisément passer d'une main à l'autre pour désorienter l'adversaire. Cette arme, encore fameuse auprès des unités d'élite du monde entier est connue sous le nom de "Couteau de combat F-S" (F-S pour Fairbairn-Sykes). Lorsque la Grande-Bretagne rentre dans la Seconde Guerre Mondiale dans les années 1940, W.E. Fairbairn se mettra au service des Forces Speciales Britanniques, les SOE. Il formera ainsi les tous premiers commandos d'élite.

image

Cette formation s'avérera décisive dans les opérations de préparation du Débarquement par les Forces Alliées. Le 5 Juin 1944, la veille du Jour J, ils s'agira en effet de neutraliser les batteries côtières allemandes en menant des opérations ciblées, derrières les lignes ennemies. Lors de cette nuit, les unités formées par Fairbairn attaqueront plusieurs points stratégiques, dont la batterie de Merville (photo ci-contre) qui surveille la vallée de l'Orne. La victoire sera obtenue au prix de nombreuses pertes humaines de part et d'autre mais l'ensemble des experts s'accordent à dire que rien de ce qui était prévu le lendemain n'aurait été possible sans la contribution décisive de ces commandos. 

Lorsque je reviens en Normandie visiter ma famille, je ne peux désormais m'empêcher de penser au rôle joué par Fairbairn dans la libération de mon pays. Cela renforce encore plus le lien qui me relie à Shanghai!