English version

imageOn a souvent vanté l'architecture russe de Harbin. Il est vrai que la ville fondée le long du chemin de fer de l'Est chinois par la Russie tsariste est tellement marquée par l'héritage culturel de la Sainte Russie que la ville a longtemps été surnommée la Saint-Petersbourg de l'Est. Les églises orthodoxes, transformées en églises catholiques pour certaines ou en musées pour d'autres (comme Sainte Sophie ci-contre), subsistent encore nombreuses, et ce malgré le déchaînement de la Révolution Culturelle dans cette région. La rue principale restaurée depuis la fin des années 1990 impressionne par l'alignement de ces batiments de style baroque russe. Ce sont souvent des grands magasins ou bien des restaurants comme le "Moderne" où l'on consomme encore du borscht au son de la musique classique. Un mélange que n'auraient pas renié les quelques 50000 russes blancs qui dominaient la vie culturelle dans les années 1920!

image

Pourtant on parle assez peu de Daowai, (la ville du dehors en Chinois, Daoli étant la partie russe, la ville du dedans). Or, on trouve dans cette partie de la ville toute l'authenticité des vieux quartiers ouvriers regroupés en allées, un peu sur le même modèle que les lilongs Shanghaiens. Ce quartier est caractérisé par de magnifiques frontons (photo ci-contre) qui rappellent ceux des quartiers commerçants de Canton, Taipei ou encore le quartier Chinois de Melbourne. Il s'agit d'une architecture marchande sur deux étages aux références architecturales nombreuses qui vise manifestement à impressionner les chalands. La plupart de ces batiments datent des années 1920, période où la communauté Chinoise est la plus florissante, venue profiter de l'économie ferroviaire et fluviale (la rivière Songhua, affluent de l'Amour, donnant directement accès aux produits russes!).

image

Les industries locales textiles et alimentaires employaient une main-d'œuvre importante venue de tout le Nord de la Chine. Celle-ci était logée directement dans les allées qui jouxtent les lieux de travail. Beaucoup d'entre elles tombent aujourd'hui en ruine mais y vivent encore de nombreuses personnes. Les frontons sont soit de style baroque chinois ou de style "comprador" sur le modèle de Xiamen ou de Kaiping. Certains batiments sont auss Art Deco, souvent des fabriques japonaises postérieures à l'invasion de la Mandchourie de 1931. Point intéressant: les cours intérieures sont un mélange de la cour carrée pékinoise (Siheyuan) et du caravansérail tel qu'on en trouvait sur la Route de la Soie.

Les cours et allées entre les ateliers sont en cours de restauration pour permettre aux touristes de goûter les nombreuses spécialités locales. Personnellement, je préfère les façades sur la rue, certaines encore envahies par les herbes sauvages et dont les échoppes au rez-de-chaussée sont décidément plus authentiques! Tout proche de Daowai se trouve un grand marché aux animaux et produits frais de plein air. Celui-ci borde la riviere Songhua (ci-dessous) où se regroupent promeneurs et sportifs, achevant de donner de la vie à cette partie de la ville déjà très colorée. 

imageAussi cette première visite à Harbin est un peu à rapprocher de mes premières impressions de Wuhan: Un mélange de culture, d'histoire et surtout un charme très très chinois . À voir absolument donc!