English version

IMG_5518En feuilletant le magazine des années 30 "Chin chin" (青青电影), consacré au cinema, j'ai été attiré par les nombreuses photographies de stars posant dans des piscines. J'ai précédemment consacré un article à Yang Xiuqiong, la "sirène chinoise" qui a remporté de nombreuses médailles à cette période. Cependant, je n'avais pas pris la mesure de l'engouement pour les sports d'eau dans ces années. Presque toutes les brochures consacrées à la culture et aux modes de vie représentent en effet des jeunes beautés ou des Apollons asiatiques en maillot de bain.

Après que la Chine eut organisé les 6èmes jeux nationaux à Shanghai en 1935, des équipements olympiques furent disponibles. Ainsi, la photo de Yang Xiuqiong au début de mon précédent article a-t-elle été prise à la piscine de Jiangwan, qui fonctionne encore aujourd'hui. Après quelques longueurs dans le bassin de 50 mètres, en m'aidant de la rampe en cuivre d'origine pour sortir du bain, j'ai reconnu les chiffres art-deco indiquant la profondeur ainsi que les trois arches caractéristiques le long du mur. Un vrai voyage dans le temps! Seule différence par rapport à 1935, le toit qui recouvre désormais l'espace de baignade.

L'ilôt solitaire

P1120749

Fin 1937, lors de l'invasion japonaise à Shanghai, la plupart de ces équipements se sont retrouvés en zone occuppée et utilisés par les Japonais. L'indusrie du cinéma souffre alors de la guerre car certains studios situées au Nord de la la rivière Suzhou ont été bombardés. Les Studios Xinhua de Zhang Shankun (张善琨), qui se trouvent sur le territoire de la Concession Internationale par contre, profitent à plein de la nouvelle situation dite de "l'ilôt solitaire" (“gudao“ 孤岛), où l'illusion de la vie d'autrefois persiste à l'intérieur des concessions étrangères. La moindre concurrence et le besoin de se distraire pour les Chinois fait que la seule année 1939, ils tournent 24 films!

De nouvelles stars du cinema émergent alors telles Bai Yang, Li Hong ou encore Li Zhuozhuo. Pour lancer les films, une nouvelle presse de fanzines, qui colporte faits divers et secrets de tournage, met en scène les acteurs dans un décor de rêve, sur le modèle de Hollywood. Les photos se font dans des voitures de luxe, en montant à cheval, jouant au golf et aussi à la piscine. En Août 1938, le chef de la brigade chinoise de la Concession Internationale, également membre de la Bande Verte Lu Liankui (陆连奎) décide de créer une piscine luxueuse au coeur même de l'International Settlement, au 580 Bubbling Well Road, aujourd'hui Nanjing West Road.

Le Paramount aquatique!

FullSizeRender

Lu Liankui nomme alors cet endroit Dalo swimming pool (大陆), en référence à son nom shanghaien (great Lu mais qui signifie aussi "continent). Equipée d'un plongeoir monumental, d'une longueur de 50 mètres sur 20, bordée par deux bassins avec fontaines et colonnade, une pelouse, un restaurant, et des gradins capables d'accueillir 400 personnes, la piscine est particulièrement luxueuse. Le policier ou gangster, c'est selon, ne survivra pourtant pas deux mois à son oeuvre, poignardé sur l'ordre de l'un de ses nombreux ennemis. Son fils qui hérite des équipements mais s'avère incapable de gérer correctement est finalement contraint de vendre l'ensemble en Juin 1941 à Zhang Shankun, le patron des Studios Xinhua. Celui-ci renomme alors la piscine et ses attenants "Zhang Garden" (张园), une nouvelle référence à son patronyme. Il fait ajouter à ce moment une salle de bal et y organise des soirées jusqu'à cinq heures du matin. Ce nouveau lieu de l'élite shanghaïenne sera inauguré en grande pompe par "la reine du cinema" Chen Yunchang (Nancy Chan). 

IMG_5520On rapporte que pour l'occasion, elle portait maquillage et talons haut, ses gardes du corps ne la quittant pas d'une semelle, jusque dans l'eau du bassin! Ce lieu à la mode est alors surnommé "le Paramount aquatique", par référence à la célèbre salle de bal située dans les "Shanghai badlands", en bordure de la Concession Internationale. En lisant Chin Chin, j'ai trouvé de nombreuses photos de stars prises au niveau du plongeoir. Etonnament, c'est de ce même plongeoir aisément identifiable que s'élance un jeune Russe Blanc dans l'album de famille de Hennie Warinner. La date de 1934 sous la photo semble donc erronnée, à vérifier plus tard. Parmi les autres piscines à la mode souvent pris en photo, on trouve aussi le Lido, situé 306 Medhurst Road (aujourd'hui Taixing Road), ouvert en Juillet 1936. Une fois que les Japonais eurent envahi la zone internationale fin 1941, la piscine Dalo restera ouverte encore deux ans mais le groupe de Zhang Shankun se retrouve alors absorbé par un groupe nippon de cinema de propagande. C'est ce qui vaudra à l'entrepreneur une arrestation pour collaboration avec l'ennemi par le Guomingdang après la capitulation du Japon.

IMG_5298

Zhang finit par émigrer à Hong Kong. En 1953, la piscine est rouverte par les autorités communistes et devient accessible au public sous certaines conditions. Les étudiants pouvaient en effet s'y raffraichir en été en utilisant des "coupons de santé" d'une heure, se rappelle l'un d'entre eux. Le bassin est alors rempli à moitié et les espaces des fontaines condamnés. Les gradins ont été supprimés et le restaurant transformé en salle de ping pong. Les fastes passés sont bien loin! En 1993, elle est définitivement détruite pour laisser place au fake market de la Nanjing Road. Celui-ci a fermé l'an passé et l'on ne sait pas encore ce qui va le remplacer.

Shanghai réserve bien des surprises lorsque l'on s'y intéresse. Les histoires individuelles se mèlent alors à la grande histoire, reflétant les multiples mutation historiques et culturelles de la ville