IMG_7947

English version

Lorsque j'étais jeune, il n'y avait pas pas de Google ni de Wikipedia pour faire des recherches. Le meilleur moyen à ma disposition pour en savoir plus sur le monde était un dictionnaire Larousse. Celui-ci contenait de nombreuses informations sur les pays, les grandes villes ou les personnages célèbres. Dans ces années, bien que la Guerre Froide soit officiellement terminée, le Rideau de Fer séparait toujours le monde dit "libre" du bloc communiste, rendant difficile de savoir à quoi ressemblait la vie de l'autre côté. Aussi étais-je intrigué par les photos en noir et blanc montrant l'Union Soviétique ou l'Allemagne de l'Est, qui représentaient un environnement radicalement différent du mien. Parmi ces images figurait l'avenue Karl Marx Allee à Berlin Est avec, sur la même page, la photo de Kurfürstendamm, à Berlin Ouest. Alors que sur le cliché ouest-allemand, on distinguait des publicités sur les magasins, de nombreuses grosses voitures dans la rue, la photo de Berlin Est, elle, était consternante. Les batiments y semblaient massifs, la taille de l'avenue disproportionnée si l'on considère que les véhicules en étaient quasi absentes! Le design était particulièrement linéaire, aucun paneau publicitaire ne coupant les lignes sur les toits ou aux carrefours. Cette architecture stalinienne, je l'apprendrais que beaucoup plus tard, est pour partie l'oeuvre d'un architecte allemand réfugié à Shanghai dans les années 1930, Richard Paulick.

Un architecte du Bauhaus 

IMG_7715

Richard Paulick est né en 1903 à Rosslau, fils d'un homme politique lié au parti socialiste allemand. Après des études à Dresde et Berlin, il rejoint quelques années l'institut Bauhaus à Dessau en 1927, où il est l'assistant du fondateur Walter Gropius, avant de créer son propre cabinet en 1930 à Berlin. Le Bauhaus a été fondé en 1919 sous la République de Weimar, afin de rénover la façon de construire des bâtiments. Cet organisme secoue alors les règles établies pour rechercher des formes pratiques et performantes. Le design intérieur, les équipements électroménagers, la signalisation urbaine et les matériaux de constructions doivent viser à simplifier le quotidien des masses. De nouvelles disciplines comme la photographie, le tissage, la sculpture sur bois ont des ateliers au Bauhaus. Des peintres comme Wassily Kandisky ou Paul Klee apportent aussi leur contribution à cette formidable initiative.

IMG_6306

Parmi les créations célèbres de l'institut, la chaise B3 de Breuer ou encore le domaine Torsten à Dessau sont encore considérés comme révolutionnaires aujourd'hui! Pendant la période de fonctionnment du Bauhaus, une vie artistique intense s'est mise en place, avec des représentation théatrales et des performances collectives, stimulant le travail en équipe. Cependant, les sympathies socialistes et communistes de nombreux artistes conduisent le parti nazi émergent à qualifier le Bauhaus de "bolchevisme culturel" et d'"art dégénéré". Avant même l'arrivée au pouvoirs des nazis, ils obtiennent sa fermeture en aout 1932. De nombreux membres du Bauhaus décident alors de quitter l'Allemagne, s'installant pour une grande partie aux Etats Unis, comme à Chicago où ils participent à la constructions de gratte-ciels. Gropius fondera l'école d'architecture et de design de Harvard University et enseignera aussi au MIT. Quant à Richard Paulick, les engagements politiques de son père lui valent la déchéance de nationalité allemande. Il choisit alors de s'exiler à Shanghai, comme d'autres pour les mêmes raisons, Russes Blancs avant lui et Juifs par la suite, cette ville permettant de s'installer sans aucun passeport.

L'exil de Shanghai

FullSizeRender 5

Paulick arrive à Shanghai en 1933 et crée son entreprise sous le nom de "Modern homes" au 871 Bubbling Well Road (Nanjing West Road aujourd'hui). Pendant cette période, il crée du mobilier et fait la décoration de bars (Le Silk Hat), de restaurants et d'hotels. Il travaille aussi pour les décors de théatre, démontrant une grande polyvalence, très en ligne avec l'esprit du Bauhaus. L'une de ses réalisations les plus marquantes est probablement la décoration de la salle de bal du Park Hotel, pour le compte d'un autre immigré célèbre, Lazlo Hudec. Le style en est clair et épuré, présentant de cercles pour le sol, et peut encore être admiré aujourd'hui (photo ci-dessous). Paulick collabore aussi avec Victor Sassoon pour les chambres du Peace Hotel. Cependant, après que les Japonais aient envahi une partie de Shanghai  en 1937, les commandes se font plus rares et il prend alors un poste de professeur à la St John University.

IMG_6308

Ses projets accadémiques séduisent et lorsque Chiang Kai Shek revient au pouvoir en 1946, il se voit confier la responsabilité du master plan de Shanghai. Avec une petite équipe, il dessine la future ville, éloignant les activités économiques des lieux de vie, traçant de larges artères et imaginant des unités d'habitation plus rationnelles, séparées par des jardins. Cependant, le changement de régime en 1949 fait que ce plan ne sera pas mis en place.  Les communistes reprendront certaines de ses idées pour des villes modèles telles que Caoyang New Village. Les principes généraux, eux, ne trouveront preneurs que pour lors de la réurbanisation de Shanghai de l'exposition universelle de 2010, quelques 50 ans plus tard! Durant ces années à Shanghai, Paulick continue de correspondre avec Gropius et il lui demande conseil quand il pense rentrer en Allemagne. Celui-ci le lui déconseille, arguant de la situation complexe entre les deux blocs qui se font déjà face à Berlin. Paulick ne tiendra pas compte de cet avis et rejoindra en Octobre 1949 la zone de Berlin occupée par les Soviétiques. 


Back in the GDR

IMG_5079

Participant à la reconstruction de Berlin Est, Paulick livre en 1952 le nouvel Berlin Staats Oper mais son projet phare reste le block C de Stalin Allee, l'artère centrale du nouveau Berlin socialiste, renommée plus tard Karl Marx Allee. Aux côtés d'autres architectes est-allemands, il dessine une large avenue bordée d'espaces verts pour permettre aux Berlinois de se promener et dont les bâtiments de taille monumentale ont pour vocation première le logement. On retrouve sur plusieurs clichés de propagande de l'époque ce spectacle rassurant de citoyens dégustant des crèmes glacées sur fond des bâtiments du Bloc C de la Karl Marx Allee. Richard Paulick recevra plusieurs prix de l'Allemagne de l'Est. Il fera même la décoration du bureau du président Erich Honecker. Il décède en 1979, bien avant la réunification de l'Allemagne. Il réside alors dans un appartement du bloc C, au cœur même de son œuvre réaliste socialiste. 

Alors que Shanghai accueille des milliers de réfugiés, les lignes du monde actuelles ne sont pas en place. Ce sont des personnages comme Paulick qui participeront pourtant à faire ce qu'il est devenu aujourd'hui.