English version

DC61107E-90CD-4914-9544-24AE66987990Constuit en 1927 par la famille Kadoorie, l'hotel Peninsula de Hong Kong n'est pas situé sur l'ile proprement dite mais sur la presqu'ile de Kowloon (d'où son nom). La raison en est que la plupart des voyageurs pour Hong Kong arrivaient à la gare, dernier maillon du réseau du Transsibérien venant d'Europe. Le Peninsula est d'ailleurs voisin d'un autre lieu familier des immigrants, le YMCA de Kowloon. L'afflux des migrants vers Hong Kong atteint son appogée dans les années 1950 et 1960, mais peu sont ceux qui peuvent alors se permettre les spendeurs du Palace des Kadoorie, comme les anciennes stars du cinéma Shanghaien  ou les partisans et cadres déchus du Kuomintang.

7A03EA4C-2462-4B86-912E-57C289A7A9FB

Les histoires liées à la chute des reines de l'écran et des tyccons du cinema passent parfois même par les dancehalls de Hong Kong, une facade pour la prostitution dans la colonie britannique très réglementée, ou pire dans des lieux de rencontre sordides à Kowloon, à seulement quelques rues du Peninsula. Pour certains de ces voyageurs d'infortune comme l'actrice Hu Die ou la championne de natation Yang Xiuqiong, Hong Kong ne représente qu'une étape de quelques années avant de s'installer au Canada, le rêve américain rendu souvent impossible par la politique des quotas asiatiques. En fait, la plupart des réfugiés d'après 1949 ont franchi la frontière à pied, les Occidentaux n'étant autorisés qu'à emporter un billet de 100 dollars en venant de Chine communiste. Dans ses mémoires, Liliane Willens parle de la valise à double-fond qu'elle transportait afin de cacher de quoi redémarrer une nouvelle vie. Après avoir reçu les descendants de Carlos Lubeck, j'ai aussi appris comment cette famille Shangahienne originaire de Macao avait choisi de cacher des billets de banque dans les chouches des bébés, pensant justement que les soldats n'iraient pas chercher jusque là! 

04B84411-3F88-4A32-9F08-BDD14736B302

Beaucoup des migrants dans ces années ne s'installeront pas sur l'ile de Hong Kong, réservée aux batiments administratifs et commerciaux comme ceux de la compagnie Jardine. William Jardine, rappelons-le, a commencé sa carrière par la contrebande pour le compte des Anglais, avant de les pousser dans la guerre de l'opium! Sur l'ile de Hong Kong se trouvent aussi les résidences de l'élite blanche, mais pas seulement, puisqu'en 1927, l'omme d'affaires Eurasien Sir Robert Hotung s'installe sur le Peak et en 1906, le fondateur de l'empire du "Baume du Tigre", Aw Boon Haw, batit sa villa au milieu de somptueux jardins à Wan Chai (photo jointe). Beaucoup des refugiés n'auront souvent d'autre choix que de grossir la masse des ouvriers des usines textiles (ci-dessous)  de Kowloon qui profitent de cette main-d'oeuvre bon marché. On retrouve ici le même phénomène qu'à Shanghai quarante ans plus tôt! Cette fois, les maîtres de la colonie veilleront à maintenir les communistes à l'écart des filatures, ce qui explique peut-être que l'on trouve encore des costumes à chemises à bon marché de ce côté du territoire.

E5F8D338-1F99-414A-9E0B-7ED4E0266350

En constuisant le Peninsula, les Kadoorie avaient en tête d'en faire "le plus bel hotel à l'Est du canal de Suez". Le style est plus proche de la Renaisance new-yorkaise ou des palaces indiens que de l'Art-Deco, qui envahit pourtant le reste du monde à ce moment. En fait, le "Marble Palace" d'Elly Kadoorie à Shanghai, bien que bati plus tôt, présente aussi une facade massive comparable à celle du Peninsula, probablement destinée à impressionner. Lorsque Joseph Kessel, journaliste Français d'origine Russe, visite la ville `a la fin des années 1950, il note le côté très victorien de Hong Kong dont les batiments de deux à quatre étages ont souvent des colonnades. Il pensait probablement au quartier général de la Police Maritime (Hullet House Hotel aujourd'hui, ci-dessous), situé non loin du Peninsula ou bien au Shanghai Club et aux magasins Prince's, juste de l'autre côté du détroit.

1C60829B-B3CB-43D6-819C-FE282E1A76C3

Près de la Police Maritime, se trouve une tour avec boule horaire, construite pour que les navires puissent ajuster leurs instruments de navigation, guettant le moment où la boule serait lachée à midi précise. Ce système était encore utilisé dans la première partie du 20ème siècle dans la plupart des ports du monde dont Shanghai où la Colonne Gutzlaff est toujours visible, sur le Bund. Les investisseurs du Peninsula n'ont sans doute pas pensé que deux ans plus tard, à Shanghai, Sir Victor Sassoon surclasserait en élégance et en standing pour les vingt années suivantes, en batissant le Cathay Hotel. Shanghai exerce en effet un bien plus grand attrait sur les voyageurs que Hong Kong à cette époque. Pourtant, lorsque le "Paris de l'Orient" perd son éclat, les occidentaux retrouveront à Hong Kong un luxe familier sur les tapis feutrés du Peninsula Hong Kong. L'endroit est alors idéalement positionné pour qui prépare l'installation dans l'ile, au pied du ferry. La traversée ne prend que 15 minutes, "reliant l'ile au continent aussi surement que ne le ferait un pont", souligne Joseph Kessel, "les passagers étant gratifiés du plaisir d'une brise fraiche sur le visage. Les faces souriantes et détendues  au débarquement constrastant avec les usagers des transports en commun des autres grandes villes du monde."

A84A2270-727D-4704-A52D-6DD787776B5B

Lors de la rénovation de 1994 qui se traduit par l'ajout d'une tour de 30 étages, la partie frontale de l'établissement est restée proche de l'état original et permet de goûter à l'atmosphère d'un palace des grandes années. Le hall est splendide, décoré par des hautes colonnes de style victorien qui bordent l'escalier monumental. Celui-ci conduit aux bars de deuxième étage, permettant de jouir du point de vue sur la baie. Pendant la Deuxième Guerre Mondiale, l'hotel a servi de cadre pour la rédition du gouverneur britannique (photo jointe), celui-ci restant prisonnier un mois et demi au Peninsula. Les conditions de détention qu'il subira par la suite dans les camps japonais furent évidemment beuacoup plus dures. L'armée japonaise s'est elle-même installée dans l'hotel durant le reste des hostilités, ce qui vaut au Peninsula de subir une attaque aérienne par un P40 américain en 1942 qui endommagera les chambres où dormaient les officiers. Plus proche de nous ont été tournées plusieurs scènes de James Bond "L'homme au pistolet d'or", où l'on évoque la flotte légendaire des quatorze Rolls Royce Phantom vertes de l'hotel.

Beaucoup de destins se sont dénoués au Peninsula, Hong Kong jouant ce rôle de porte d'entrée ou de sortie de secours pour la Chine. L'hotel est une porte dorée que tout le monde n'a pas eu la chance de pousser!